LA FIN DE L'IMPERIALISME FRANCAIS

Les problèmes de la décolonisation dominent l'histoire de la quatrième république marquée par l'instabilité gouvernementale (de janvier 1947 à janvier 59, 25 gouvernements se succèdent). L'opinion publique ainsi que les partis politiques dans leur majorité sont hostiles à l'accession à l'indépendance des colonies.

De 1946 à 1962, la décolonisation est donc synonyme de violence et parfois de guerres (c'est le cas en Indochine et en Algérie).
 

LES CONFLITS :

I La guerre d'Indochine :

Après la seconde guerre mondiale, dans tous les pays d'Asie, on assiste à une importante poussée des nationalismes.

Le 2 septembre 1945, Hô Chi Minh, chef du parti communiste indochinois, proclame l'indépendance du Viet-Nam. Il parvient à constituer une armée populaire et à donner au pays les bases d'un équipement industriel. Il mène le conflit sous forme d'une guérilla incessante. A partir de 1950, les vietnamiens reçoivent des armes et du matériel modernes (de la Chine notamment après la victoire de Mao Dze Dong en 1949) et l'armée dirigée par le général Giap remporte d'importantes victoires.

Le gouvernement français signe en Juin 1948 (en baie d'Along) un accord avec l'ex Empereur Bao Dai, et reconnaît l'indépendance du Vietnam qui adhère à l'Union française. En 1949 la Cochinchine est rattachée au Vietnam. Mais l'Etat de Bao Dai, reconnu par les Etats Unis et une trentaine de grandes puissances, n'a aucune assise dans le pays.

Après les défaites françaises de Cao Bang, Lang Son et Lao Kay, le gouvernement envoie le Général Delattre de Tassigny afin de redresser la situation et de demander l'aide des Etats Unis.

En 1953 Bao Dai et Sihanouk au Cambodge obtiennent une révision de l'article de la Constitution ayant trait à l'Union française. En avril 54, La France reconnaît l'indépendance du Vietnam et sa souveraineté pleine et entière. Une association franco-vietnamienne fondée sur l'égalité et destinée à développer la coopération entre les deux pays est établie.

Le 7 Mai 54, la défaite de l'armée française, encerclée dans la cuvette de Dien Biên Phu par les troupes du général Giap met fin à la guerre.

Les accords de Genève pendant l'été 54, partagent le Vietnam en deux au 17° parallèle.

La France sous l'impulsion de Pierre Mendes France s'engage à retirer ses troupes et reconnaître l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale des autres Etats ; elle s'abstient de toute ingérence dans les affaires extérieures.

Dans le même temps, la France remet à l'Inde les anciens comptoirs qu'elle occupait depuis plusieurs siècles : Chandernagor, Yanaon, Pondichéry, Karibal et Mahé.

Bilan de la guerre d'Indochine : 30 milliards de francs, 92 000 morts ou disparus, 114 000 blessés et 28 000 prisonniers. Important discrédit des gouvernements de la quatrième République.