LES PUISSANCES COLONIALES EN 1815 :

Le Royaume Uni possédait déjà en 1815 un domaine colonial considérable ; la France au contraire ne possédait plus que des fragments de l'empire qu'elle avait eu au XVIII°s.

Début XIX°s, les Pays Bas, l'Espagne et le Portugal pouvaient encore prétendre à une relative suprématie.

La colonisation européenne fit des progrès (dans les domaines de l'armement et des transports notamment),dans la seconde moitié du XIX°s, principalement au profit des Anglais et des Français. En moins de quarante ans, l'Europe se partagea la quasi totalité des régions encore disponibles.

Entre 1875 et 1880 on assiste à un essor de l'élan colonial, ceci jusqu'en 1914. L'extension de l'influence économique et politique des puissances européennes sur des Etats d'Asie et d'Amérique latine, qui restaient pourtant indépendants comme les "sphères d'influence" dans la péninsule balkanique, donnèrent naissance à l'Impérialisme.

Ce mouvement accompagna l'œuvre d'exploration du monde qui se réalisa à cette époque. Les puissances européennes se partagèrent les régions que l'on découvrait.

Les causes étaient économiques d'une part ; il s'agissait de constituer des domaines réservés où les industriels pourraient se procurer des matières premières à bon compte et trouver des débouchés pour les produits qu'ils fabriquaient.

Elles étaient nationales et politiques d'autre part.
(autres motivations cf documents annexes des souvenirs de Madagascar par P Boucabeille, ainsi que les textes figurant dans la partie documents)

Il fallait protéger les routes commerciales et permettre l'émigration d'une population en fort accroissement.

Des rivalités dressaient les puissances européennes les unes contre les autres. La France s'opposait à l'Allemagne et au Royaume Uni. En cherchant à dominer le plus de territoires possibles, les Etats européens voulurent renforcer leur puissance et s'affirmer supérieurs à leurs concurrents.

L'Angleterre pensait qu'elle devait détenir une suprématie navale incontestable afin de sauvegarder ses communications et, en particulier la route des Indes. L'Allemagne, après la réalisation de son unité, estimait le moment venu de mener une politique mondiale et, par la possession de colonies, de s'assurer un espace vital. Quant à la France, déçue dans sa politique coloniale au XVIII° s, elle vit dans le renouveau d'une politique coloniale une compensation à la perte de l'Alsace-Lorraine.

L'Espagne et le Portugal, anciennes puissances coloniales, ne parvinrent pas à conserver leur empire.
Commerçants et missionnaires prenaient en général les initiatives de départ. La diplomatie puis l'armée n'intervenaient qu'après les premières difficultés.

Les buts visés furent atteints dans l'ensemble. L'Europe y trouva des avantages économiques, un accroissement de force et de prestige, de nouveaux débouchés rémunérateurs, des garanties d'emploi pour les salariés. Mais les tensions internationales devinrent vives (ex : opposition allemande au protectorat de la France sur le Maroc) et aboutirent au conflit de 1914.

Les méthodes de l'impérialisme colonial étaient souvent inhumaines et furent condamnées. D'un autre côté, l'abolition de coutumes locales sanglantes et la diffusion de règles d'hygiène, permirent de faire chuter la mortalité.