CHAPITRE V :

En pays Tsimihety (ceux qui ne se coupent pas les cheveux)

Il y a des jours et des jours que nous avons quitté le pays Sihanaka : nous n'avons plus, depuis, rencontré âme qui vive ; pas un chat, pas même trace de chat, pourtant la région est assez riante, l'eau ne manque pas plus que les arbres et c'est déjà quelque chose, je vous prie de le croire, que de trouver chaque soir en arrivant à l'étape, de l'eau pour boire, pour se laver et faire la cuisine, et du bois pour faire cuire le repas.

Or, voici qu'à mi chemin, environ, entre le pays Sihanaka et la région de Mandritsara vers laquelle nous nous dirigions, nous trouvons des champs cultivés : quelques villages apparaissent au sommet des hauteurs. Monsieur Joseph est envoyé en avant, il s'entretient avec des chefs de villages : nous sommes en pays Tsimihéty.

Ce qui frappe le plus dans les moeurs Tsimihétys, c'est le sort misérable que l'homme fait à la femme, tout juste considérée comme une bête de somme ou une vile esclave à qui incombent tous les travaux possibles et imaginables, aussi bien ceux de la maison que ceux des champs. Tout homme a le droit d'épouser autant de femmes qu'il veut, et comme ses occupations l'appellent souvent à voyager, il possède en général dans chacun des endroits où il doit séjourner, un ménage parfaitement organisé.

Les Tsimihétys divinisent la pierre. Ils y retrouvent certains caractères de durée et d'éternité, de force et de permanence sans lesquelles ils ne peuvent se figurer Dieu. La pierre n'est pas Dieu mais c'est son image, simplifiée par lui-même et mise sous une forme palpable, compréhensible pour l'intelligence humaine. Alors, quand un Tsimihéty veut faire sa prière, c'est devant une pierre qu'il va s'agenouiller.

C'est le sorcier qui sert d'intermédiaire entre le créateur et l'homme : il possède une espèce de sceptre, longue tige de fer carrée, forgée et ciselée, munie de chaînettes qui s'entrechoquent à une extrémité, et dont le cliquetis constitue un langage qu'il est seul capable d'interpréter)

SOMMAIRE

CHAPITRE 6